Manon Cools | 2018

Souvent, les citoyens militants cherchent à combler le vide laissé par la politique exécutée par les pouvoirs publics. C’est le cas des volontaires dont nous souhaitons aborder le travail dans la présente analyse.

Nous prenons le pli de vous parler d’une profession, celle d’écrivain public. Une profession menée en Belgique la plupart du temps par des volontaires. Mais de qui parle-t-on ?

En fonction de l’environnement de la personne (pour les personnes en situation de handicap) ou de sa formation (pour les personnes illettrées ou analphabètes), il existe de nombreux freins qui empêchent les personnes en situation de handicap de défendre leurs droits, de gérer en toute autonomie leurs différents dossiers administratifs, de se faire entendre par la société civile, etc. Ce frein à l’émancipation de la personne et la gestion de sa vie quotidienne peut en partie être levé ponctuellement par les écrivains publics, malgré plusieurs points de vigilance et de réflexion évoqués dans la présente analyse.

Lire l’analyse : Écrivain public, est-ce un levier aux inégalités ? (PDF – 731Kb)