Isabelle Dohet | 2018

Depuis quelques années, nous constatons que la DGPH rencontre des difficultés pour respecter les délais dans le traitement des dossiers d’allocations alors que la loi impose une période de maximum 6 mois. Cette situation ne s’est pas améliorée, lorsque la DGPH a modifié les outils informatiques qu’elle utilisait au niveau de la gestion des dossiers d’allocations notamment en installant une nouvelle plateforme informatique appelée « my Handicap ».

Nous constatons que dans son rapport annuel de 2015, le SPF prônait pour un accueil plus proche, plus simple et plus rapide de la personne. En 2018, nous constatons que l’administration est donc toujours fort sollicitée par les personnes handicapées, leurs proches, mais aussi les professionnels que ce soit par téléphone ou par mail. Les demandes d’allocations sont toujours en augmentation et malheureusement le suivi apporté à ces demandes reste toujours très chaotique.

Lire l’analyse : La lenteur administrative de la DGPH ! (PDF – 298Ko)