Esenca | 17 décembre 2012

D’une consultation singulière à la parole collective

Dans un contexte institutionnel difficile, une situation socio-économique tendue, des accords de Gouvernement entérinés le 1er décembre 2011 après 17 mois de galère, la situation financière des belges se dégrade et ce pour l’ensemble de la population. Diminution généralisée du pouvoir d’achat, renoncement à des soins de santé primaires, recours à l’aide des CPAS…

Les indicateurs sont dans le rouge.

L’application des accords de Gouvernement apporte chaque jour son lot d’inquiétudes et d’interrogations au regard notamment des restrictions et coupes budgétaires qu’ils induisent, des choix de société qu’ils tracent, avec en filigrane de plus en plus net, l’imposition d’un modèle sociétal par l’Europe – modèle qui bouscule nos références , notre système de sécurité sociale, les fondements de solidarités et d’aide aux personnes démunies, précarisées ou en difficulté.

La question est là, quelle société voulons-nous ?

Quelle société sommes-nous en droit d’attendre au regard de la technologie, de la médecine, des richesses générées par le travail ?

Pour ceux et celles qui avaient déjà bien du mal à joindre les deux bouts, la cote d’alerte est dépassée. Parmi eux, les personnes handicapées…

Lire l’étude : Des allocations qui ne handicapent pas (PDF – 440KB)