De Wispelaere Nathalie | 2018

En quoi l’institution a-t-elle un rôle à jouer pour la reconnaissance de ce lien ?

Une première analyse relayant des témoignages de frères et de sœurs, de personnes en situation de handicap mental vivant en institution, a démontré l’importance du lien fraternel à différencier du lien parental.  Cela nous a permis de mieux apprécier et reconnaître cette relation fraternelle qui peut parfois s’apparenter à un lien parental et avec lequel les institutions doivent jongler.

C’est donc tout naturellement que nous avons voulu en savoir un peu plus sur les pratiques en institution. Qu’en est-il de la prise en compte sur le terrain au sein des institutions ? Existe-t-il des procédures spécifiques frères/sœurs ? Comment les institutions s’organisent-elles ? À quoi sont-elles attentives ?

Nous avions eu l’occasion d’assister à une conférence organisée par Fratriha  en 2018, « Quelle place pour les frères et sœurs au sein des institutions ? », à laquelle intervenait monsieur De Beusscher, directeur de l’institution Village n 1. Il présentait les pratiques de l’institution sur la question des fratries. C’est pourquoi nous l’avons rencontré ainsi que monsieur Artigas, coordinateur pédagogique.

Lire l’analyse : Fratrie et handicap mental : le rôle des institutions (PDF – 747Kb)