Esenca : Foire aux Questions !

Qui dit changement d’identité… dit changement. Du coup, c’est parti pour des réponses à toutes les questions qu’on se pose (ou pas), les questions qui fâchent (ou pas) et on s’outille pour devenir incollables sur la question.

PS : Il y a une touche d’humour, parce que l’humour, ça aide toujours !

Il vous reste des questions liées à ce changement d’identité ? Contactez Manon Cools – manon.cools@solidaris.be ou au  0473 53 05 57

Comment continuer à exister, dans un climat néolibéral qui abîme nos valeurs de solidarité, d’entraide, de partage et d’inclusion ? En replaçant le curseur autour de l’essentiel : l’accès aux loisirs, à la culture, à la vie sociale, l’exercice effectif des droits, la dignité de toutes et tous, le droit à l’autodétermination, l’autonomie, l’émancipation, le libre arbitre, etc. Chaque personne en situation de handicap, de maladie grave ou invalidante tout comme ses proches déterminent ce qui est essentiel à leurs yeux.

Nos valeurs, nos missions, notre idéal de société… Rien n’a changé ! Aujourd’hui, il nous faut revendiquer cela, tout comme les droits pour nos publics, trop souvent oubliés : les personnes en situation de handicap, de maladie grave et invalidante et leurs proches. Alors que ces publics ne font que croître et se diversifier, nous souhaitons les rassembler autour d’un nom qui ne stigmatise personne et porte fièrement nos valeurs et notre façon de voir la société : égalitaire, inclusive et dans toute sa diversité: on est comme on est.

Cette notion d’essentiel au cœur de nos recherches, nous avons trouvé comment lui donner encore plus de puissance symbolique. C’est comme cela que nous avons choisi l’Espéranto comme langue. L’Espéranto est une langue universelle, créée dans l’optique d’unir l’humanité, de faire tomber les frontières entre les peuples. Elle a été conçue pour être accessible à toutes et tous. Le recours à cette langue, aujourd’hui peu pratiquée, est un symbole fort qui nous relie à nos valeurs.

En Esperanto, Esenca signifie « essentiel ».

PS : Ce n’est donc pas un acronyme, comme ASPH l’était.

Une réponse plus légère ?

Parce que Esencaca, c’était déjà pris. (Oh, ça va….)

La prononciation d’un nom est un vaste débat… ou pas. Nous avons testé le nom auprès d’un grand nombre de personnes. Verdict ? Cela varie selon plusieurs facteurs :

  • Notre bagage culturel et notre langue maternelle
  • Notre transposition de règles de français ou d’autres langues romanes au mot
  • La référence à quelque chose de connu (ou pas)
  • La prononciation phonétique, à l’instinct, etc.

Le référentiel collectif, culturel, linguistique, etc. des personnes est si différent que chacun va s’approprier ce nom à sa manière. Par la suite, ce sera la version la plus usitée qui peu à peu s’installera dans nos habitudes.

Il existe deux postulats : L’un, de prononcer Esenca selon les usages en Esperanto : \e.ˈsen.t͡sa\. L’autre, que nous privilégions, est de déduire la prononciation avec nos règles romanes (même si elles varient entre elles) : on se dirige alors vers la phonétique de « SNK». Nous pouvons difficilement définir comme objectif de faire prononcer à tout prix ce nom en Espéranto, car la langue est peu connue et que c’est contre-intuitif en français. Nous cherchons alors à prononcer le nom avec les bases que l’on connait. Une majorité des personnes qui se sont prêtées au test ont prononcé phonétiquement« SNK » en découvrant Esenca à l’écrit. Pour la grande majorité, une fois que l’explication du nom donnée, ils n’ont pas souhaité modifier la manière de prononcer.

Une réponse plus légère ?

Un large panel de participantes et participants a passé des jours à chercher toutes les déclinaisons pourries qu’il était possible d’imaginer. Après deux jours, ça passe. Promis.

PS : Oh, la prononciation « SNK » ? Le langage SMS des années 2000 est de retour ! Un raccourci qui fait moyen mnémotechnique, pratique ! Il parait que c’est aussi le surnom d’un méchant dans un manga… On est pas de cette génération, mais si ça peut aider les plus jeunes (à retenir le nom, pas à être méchant !), on prend !

Le logo est le résultat d’une réflexion participative. Nous souhaitons avoir un logo qui  ne présente pas d’élément figuratif, afin de lui assurer longévité et une grande facilité à l’utiliser sur tous types de supports. Ce logo se base notamment sur l’idée de la singularité. Les lettres qui composent ce nom semblent vouloir sortir du cadre, ne pas être dans un moule On se distingue et on s’affirme en jouant avec les graisses et les tailles de caractères, en créant ainsi nos propres règles. Enfin, ce logo a été travaillé pour répondre aux enjeux de l’accessibilité, quel que soit le handicap ou le besoin spécifique rencontré.

Logo esenca

C’est le mélange des deux couleurs d’Esenca qui donne une image fidèle de ce que nous sommes.

Ce bleu engage le sérieux, la confiance, mais aussi la sagesse d’un travail sur le terrain depuis plus de 100 ans qui a su s’adapter, être enrichi et au plus près de l’actualité et de l’évolution sociétale tout en apportant en permanence une expertise, une relation vers et avec les publics qui engage confiance, respect, et fiabilité.

Le terracotta, quant à lui, apporte une touche de dynamisme et de créativité ! Plus chaleureux, il révèle notre proximité avec nos publics et nos interlocutrices et interlocuteurs. Cette touche de couleur montre que nous pouvons être où on ne nous attend pas, quand il le faut ! Un peu d’audace au service d’une société que nous voulons toujours plus inclusive, solidaire et accessible!

Tout au long du processus de création d’Esenca, nous avons eu l’occasion de nous rendre compte de la solidité de nos valeurs et nos missions sur l’ensemble du territoire de la Fédération Wallonie-Bruxelles. Avec le temps, elles sont inchangées et évoluent dans un monde qui lui, change : Esenca accompagne, agit, informe, favorise l’émancipation et la participation avec des valeurs de solidarité, de respect, de proximité, de partage et de confiance.

Tant que nous vivrons dans une société excluante qui fait que nous nous battons au quotidien pour l’acquisition et l’exercice effectif des droits des personnes en situation de handicap, de maladie grave et invalidante alors qu’il s’agit de droits repris dans la Convention ONU Personnes Handicapées qui couvre toutes les sphères de la vie… oui, nous pensons que nous serons encore pendant très longtemps de gauche !

Toutefois, il est arrivé que des personnes ne se tournent pas vers l’ASPH et notamment lors d’activités et/ou dans les régionales, car elles n’avaient pas leur carte de parti, car elles n’étaient elles-mêmes pas de gauche ou sans envie de s’exprimer sur la question… Alors que rien de tout cela n’est nécessaire à l’ASPH, qui est et reste une association ouverte à tout un chacun. La même question s’est posée concernant la présence du mot « Handicapé » dans le nom, nous y revenons dans la question suivante.

Autant de freins que nous devions lever, dans un esprit d’inclusion totale. Au quotidien, Esenca, tant dans les régionales qu’à la nationale aide, accompagne et collabore avec toute personne qui en éprouve l’envie ou le besoin, quelle que soit son orientation politique, religieuse, philosophique, etc. Clarifier cette position, c’est s’assurer de ne laisser personne sur le bord de la route pour de mauvaises raisons !

Une réponse plus légère ?

Est-ce qu’on a honte d’être de gauche ? Parfois ! Parce qu’aujourd’hui, aucun parti politique n’a assez d’ambition en matière de handicap. Venez, on dit que le Handistreaming (prise en compte systématique du handicap dans l’ensemble des décisions politiques) est généralisé ! (Ah, on nous dit dans l’oreillette que pas du tout, dommage). N’ayons pas peur de continuer à challenger l’ensemble des partis politiques sur le handicap !

Les terminologies autour du handicap n’ont eu de cesse d’évoluer avec le temps. Estropiés de guerres, invalides, handicapés, personnes handicapées, personnes en situation de handicap…. Toutes ces évolutions démontrent à quel point le regard sur le handicap change. Aujourd’hui, plus que jamais, on responsabilise l’environnement de la personne qui est handicapant par son manque d’accessibilité et d’inclusion. Dans une société inclusive et accessible, le handicap ne serait plus identifié comme il l’est encore aujourd’hui : stigmatisant, contraignant, limitant, excluant et invisibilisé.

En suivant ce raisonnement et cette revendication, il nous fallait être en raccord avec cela dans notre nom : plus possible de parler de « personne handicapée » dans notre nom ! Par ailleurs, Esenca accueille, accompagne, outille et collabore aujourd’hui avec un public toujours plus large, aux besoins toujours plus diversifiés. Des personnes :

  • Réduites dans leur mobilité,
  • Atteintes d’une maladie grave, invalidante,
  • Touchées par un handicap temporaire ou permanent, reconnu ou non, visible ou invisible,
  • Les aidants proches,
  • etc.

Ce sont autant de personnes qui doivent pouvoir se sentir à l’aise de nous contacter. Ainsi, aujourd’hui trop de publics ne viennent pas vers nous, car ils ne sont par exemple pas reconnus par la DGPH (Direction Générale Personnes Handicapées). Ces publics ne se sentent pas légitimes dans leurs démarches vers nous. Il était donc temps de changer de nom, pour limiter les freins et craintes en ce sens. Plus que jamais, nous accompagnons ces publics sans jugement pour aller avec eux à l’essentiel.

Une réponse plus légère ?

Parce que ça donnait pas assez de points au scrabble. Quand on s’est aperçues que Esenca c’était pas mieux… c’était déjà trop tard. Vous ne connaitriez pas un autre jeu de société sympa ?

Concrètement, pour vous, ça ne change pas grand-chose. Nos valeurs, nos projets, nos missions et nos expertises sont inchangés. Par contre, toute une série de personnes qui ne se reconnaissaient pas (peu importe la raison) dans notre ancien nom va pouvoir à présent se tourner vers nous sans appréhension. Par ailleurs, ce nouveau nom est plus dynamique, plus court, pourra nous accompagner dans le temps. Dans les entités territoriales, rien ne change… Si ce n’est le nom de certaines autres associations du réseau !

Pour faire bref : juste un coup de peinture bienvenu et positif !

Une réponse plus légère ?

Maintenant qu’on a plus « socialiste » dans notre nom, on va tout changer. À droite toute ! (non).

La nouvelle identité Esenca est associée à une campagne de sensibilisation, car l’histoire autour du nouveau nom le permet. C’est important pour nous de communiquer sur le choix de ce nom, qui est loin d’être anodin. Ce nom a du sens. Cette campagne de sensibilisation, nous la menons chaque année, sur différents sujets. Elle ne coûtera donc pas plus cher que d’habitude.

Pour des raisons budgétaires, une série de changements seront d’ailleurs progressifs. Ce n’est pas dans nos valeurs de mettre tous les outils et supports « ASPH » à la poubelle. Pendant un certain temps, le nouveau apparaîtra notamment sur des étiquettes collées sur l’ancien nom. Une transition en douceur et donc moins coûteuse !

Il y aura tout de même, c’est vrai, certaines dépenses indispensables à faire, comme ajuster les noms et les logos sur les devantures des locaux, des cartes de visite, certains matériels promotionnels, etc. Nous essayons au maximum d’effectuer ces dépenses au bon moment et d’une manière raisonnée.

Enfin, rappelons qu’aucune contribution ou financement de ce changement ne proviendra de nos publics.

Une réponse plus légère ?

On en connait un paquet, de personnes et structures qui feraient mieux de mettre leur argent ailleurs… Au hasard, dans des politiques handicap ambitieuses, inclusives, en ordre avec la Convention ONU Personnes Handicapées et du Handistreaming partout… Après, on dit ça, on dit rien…

Nous respectons bien évidemment votre décision, qui vous appartient. Nous serons toujours là pour échanger avec vous à propos de ce changement d’identité. Cela permet aussi d’enrichir le débat. Si vous avez des craintes, des questions restées sans réponse… Contactez-nous !

La bonne nouvelle ?  Revenez quand vous voulez !

Une réponse plus légère ?

C’est votre choix de quitter Solidaris et/ou son réseau. Par contre, ça ne changera rien au fait que vous serez toujours les bienvenus, car il ne faut pas être affilié pour bénéficier de nos services ! La porte reste quand même ouverte… Même si vous la claquez.

Il existe plusieurs méthodes pour changer d’identité. De très nombreuses associations, institutions, etc. s’y attellent chaque année. Nous avons décidé de procéder à un changement en douceur, afin d’accompagner le changement et de ne perdre personne en cours de route. Dans une longue phase de transition, vous verrez donc encore apparaître partout l’ASPH et Esenca simultanément. Le temps de se faire à l’idée et de rassurer. Bien sûr, il convient d’en discuter librement avec tout le monde, pour être actrice et acteur de ce changement. C’est du gagnant-gagnant : en accompagnant le changement pour le public, on l’accompagne aussi pour soi-même !

Une réponse plus légère ?

Franchement, les changements, ça nous connait depuis cette crise COVID…  Vive Esenca !

Le changement d’identité peut nous faire regretter l’ancien nom. C’est normal, derrière un nom, il y a une histoire, des souvenirs, des convictions … Il est important de garder l’esprit ouvert à l’idée que rien n’est effacé. Cela fait 100 ans que nous menons nos activités avec un seul et unique but : l’inclusion des personnes en situation de handicap, de maladie grave et invalidante dans toutes les sphères de la vie. Esenca hérite de tout ce bagage pour lequel nous avons toutes les raisons d’être fiers. Si la nostalgie prend beaucoup de place dans votre appréhension du nouveau nom, n’hésitez pas à aller passer un peu de temps sur www.centenaireduhandicap.be, notre site qui retrace notamment nos actions depuis 100 ans. Nous avons la conviction que vous comprendrez à quel point rien dans l’ADN de notre association n’a changé, nous continuons d’évoluer chaque jour pour et avec nos publics !

Une réponse plus légère ?
« ♫ Oui, Jérôme, c’ est moi, non je n’ ai pas changé
Je suis toujours celui qui t’ a aimé ♫ » C. Jérôme

(Pardon)

Le changement est souvent un processus difficile, qui s’adoucit dans le temps et les usages. Esenca met tout en place pour faciliter ce changement, rassurer (et un peu dédramatiser, aussi) et sensibiliser à la nécessité de ce changement. Vous l’avez découvert dans les réponses de cette FaQ, rien ne change dans nos valeurs, nos missions, nos revendications. Ce qui change vraiment ?  Nous sommes à présent plus inclusifs, avec un nom qui accompagnera l’association pour un bon bout de temps !

Les réticences au changement sont légitimes. S’il vous reste des questions, des craintes, des besoins particuliers suite à ce changement d’identité, contactez-nous !

Une réponse plus légère ?

Oh, c’était toujours mieux avant… Et bientôt, avant ce sera maintenant.

On peut donc déjà dire que c’est mieux maintenant !

Découvrir la campagne Handicap : des droits essentiels toujours pas acquis !